Présentation des équipes de l'édition 2013>

Présentation des équipes de l'édition 2013

Découvrez sur cette page une description des différentes équipes qui seront présentes lors de la neuvième édition du Centrale 7

Equipe d'Afrique du Sud féminine

Nouvelle venue dans le plateau féminin cette année, l'équipe des Tuks Ladies 7s (Pretoria) n'est pas là pour faire de la figuration. En effet, cela fait 4 ans qu'elle est invitée chaque année au Dubai Sevens, où elle affronte des sélections nationales telles que le Kenya, les Pays-Bas, ou encore la France. Les Sud-Africaines ont d'ailleurs remporté le Reunion Sevens en 2011 en battant en finale l'équipe de France des moins de 20 ans. Parmi les joueuses qui viendront au Centrale 7, on peut notamment signaler la présence de 3 d'entre elles au camp d'entraînement de la sélection nationale sud-africaine qui s'est tenu il y a deux semaines, dont Marithy Pienaar, ex-capitaine de l'équipe nationale des moins de 20 ans. De quoi leur permettre de succéder aux Ukrainiennes, sacrées en 2012 ? Réponse les 22 et 23 mai prochains.


Equipe d'Oxford

L'université d'Oxford, quand on parle de rugby, c'est un peu une institution. Son club de rugby fut fondé en 1869, deux ans avant même la création de la fédération nationale anglaise. Depuis, plus de 300 internationaux sont passés dans ses rangs. Tous les ans, Oxford dispute le fameux Varsity Match face à son rival de toujours, Cambridge, et ce à Twickenham, rien que ça ! Au Centrale 7, Oxford tient son rang depuis la toute première édition en 2005, qu'ils avaient d'ailleurs remportée. Depuis, les Dark Blues ont gagné deux fois le trophée Argent, et sont arrivés en finale l'an dernier, comptant dans leurs rangs un certain Tom Mitchell, désormais en équipe nationale de rugby à 7. Leur but cette année ? "Faire mieux que l'an dernier", selon leur coach Tim Stevens. Le ton est donné...


Seven Academy

La 7 Academy, c'est l'équipe de France Développement de rugby à 7. Elle est composée aussi bien de jeunes joueurs des centres de formation des plus grands clubs français que de joueurs sous contrat avec la FFR. Les jeunes joueurs de cette équipe, qui nous viennent du Stade Français, de l'US Dax ou encore de l'Union Bordeaux-Bègles, étaient d'ailleurs nombreux au sein de l'équipe de France U19 lors de sa victoire aux Championnats d'Europe de rugby à 7, il y a de ça quelques semaines. Au C7, la 7 Academy a remporté le Trophée Argent l'an dernier pour sa première participation, après une défaite en quarts de finale face à Oxford. Mais leur coach Thierry Janeczek, présent avec les sélections nationales de 7 depuis maintenant 17 ans, ne compte pas en rester là et vise cette année le Trophée Or. Par tradition, un Centralien joue chaque année avec l'équipe de France, et ce sera cette année Paul Blanchard. Nous lui souhaitons de passer un très bon tournoi !


Tunisie

Cette année, le Centrale 7 aura le plaisir d'accueillir les sélections nationales féminine et masculine de Tunisie. Et c'est bien là le signe de l'universalité du rugby à 7, où l'on ne retrouve pas forcément les mêmes nations qu'à XV. En effet, les Tunisiens seront présents à la Coupe du Monde de 7 à Moscou, en juin prochain, après avoir gagné leur place en terminant 2e du tournoi qualificatif de la zone Afrique. Lors du dernier Hong Kong Sevens, ils sont passés tout près de jouer leur place en IRB World Series, la "1ère division" du rugby à 7 mondial, ne s'inclinant qu'à une marche de la qualification face aux Tonga. Du côté des filles, elles présentent un bilan similaire à celui des garçons, puisqu'elles seront elles aussi à Moscou dans quelques semaines, après leur victoire face au Kenya en qualifications. De quoi vivre un test grandeur nature au Centrale 7.


Kenya

Comme la Tunisie, le Kenya n'est pas forcément une des nations que l'on connaît le plus au rugby. Pourtant, en cette fin de saison de rugby à 7, le Kenya est la 5ème nation mondiale, seulement devancée par les ténors du rugby mondial que sont la Nouvelle-Zélande, l'Afrique du Sud, les Fidji et les Samoa. La réputation des Kenyans n'est plus à faire, et ils ont ainsi leur place réservée pour la Coupe du Monde de rugby à 7 cet été. Dans son objectif de développement du rugby dans le monde, le Centrale 7 accueillera cette année, et ce pour la 3ème édition consécutive, une université de Nairobi, l'USIU. Après avoir gagné leur premier match en France l'an dernier face aux Marocains, les Kenyans tenteront cette année de faire parler leur jeu fait de vitesse et d'explosivité, pour essayer de remporter le trophée Bronze ? Et pourquoi pas mieux...


Equipe du Midi-Pyrénées

Absent l'an dernier, le comité Midi-Pyrénées de rugby fera cette année son grand retour au Centrale 7. Les joueurs de cette sélection nous viennent par exemple de l'INSA Toulouse ou de l'Université Toulouse III, championne de France universitaire l'an dernier. Et oui, car Midi-Py c'est bien le fief du rugby français, avec des clubs tels que le Stade Toulousain, le Castres Olympiques ou le SC Albi. Lors de l'édition 2011 du Centrale 7, Midi-Pyrénées avait plus que brillé puisqu'ils s'étaient hissés jusqu'en finale du trophée Or, ne perdant que contre l'équipe de France universitaire, après avoir battus Oxford en quarts de finale puis La Rochelle en demies. Nouveauté cette année, ils seront accompagnés de leurs homologues féminines.


Belgique

Invités pour la cinquième année consécutive au Centrale 7, les sélections nationales belges reviennent cette année, et avec de l'ambition. Septièmes de la dernière édition, les hommes viendront à Centrale avec la même équipe qu'ils avaient envoyée au Las Vegas Sevens il y a de ça quelques mois, lorsqu'ils s'étaient hissés en finale de Bowl en battant notamment l'équipe de Ben Gollings, détenteur du record de points inscrits en IRB World Series. Mais la Belgique, c'est aussi les 4èmes de la dernière édition de la Coupe du Monde universitaire, qui s'est déroulée à Brive l'an dernier. Les Belges ne s'étaient alors inclinés que d'un essai face aux Français. Compétition où l'équipe féminine avait elle aussi brillé, puisqu'elle y avait alors remporté la Plate, en battant les Canadiennes en finale. Le Centrale 7 sera aussi pour elles l'occasion de préparer le championnat d'Europe qui se déroulera les 8 et 9 juin à Prague.


Afrique du Sud (Stellenbosch)

Deux participations au Centrale 7, pour autant de victoires, c'est le bilan plutôt flatteur de l'université de Stellenbosch (Le Cap, Afrique du Sud). Le rugby chez les Maties, puisque c'est ainsi qu'on appelle leurs joueurs, est une institution vieille de maintenant 138 ans. 172 Springboks, 53 équipes de rugby à XV, 13 terrains de rugby dont le Danie Craven Stadium de 17000 places, autant dire que l'on rentre dans une autre dimension lorsqu'on parle de rugby à Stellenbosch. Cette année, l'équipe viendra d'ailleurs avec 3 joueurs qui ont participé aux stages de l'équipe nationale lors de ces derniers mois. Alors, cette année sera-t-elle celle du triplé pour les Sud-Africains ? Réponse dans une semaine.


Bulgarie

Présents pour la première fois en 2010, la Bulgarie reviendra cette année au Centrale 7 pour la troisième fois. Elle sera à nouveau représentée par la National Sports Academy (NSA) de Sofia, qui est un peu l'équivalent bulgare du pôle France de Marcoussis, puisque c'est là que se rendent tous les jeunes espoirs sportifs du pays. Parmi ceux qui viendront au Centrale 7, ils seront d'ailleurs nombreux à évoluer également en équipe nationale de rugby à XV. Le rugby à 7 est l'un des sports que la NSA essaye de développer, comme en témoigne par exemple l'organisation du Sofia 7s, tournoi international organisé pour la 19ème année consécutive début mai, et qui a vu s'affronter des équipes telles que la Belgique, l'Ukraine, ou encore l'équipe des Samurai. Alors, les Bulgares seront-ils aussi bons au Centrale 7 qu'au harlem shake ? Un petit aperçu ici : http://www.youtube.com/watch?v=yJuQj-zJy0M